Pôle Biotechnologies en Société

Equipe de recherche en Sciences Humaines et Sociales, localisée à Sup'Biotech (Campus de Villejuif)

Membres actuels

 

 

 

 

Fabien Milanovic

Après avoir soutenu sa thèse dans le domaine de la sociologie des sciences et des techniques à l'université Paris 5-Sorbonne, Fabien Milanovic a été impliqué en tant que chercheur dans une équipe de recherche de l'Inserm, sur le site de l'Ecole de médecine de Toulouse. Il y a étudié les ressources biologiques (collections d'ADN, de tumeurs cancéreuses, de cellules souches…) et leurs utilisations, dans le domaine de la recherche biomédicale et des soins. Il s'est intéressé ensuite aux ressources génétiques végétales et animales, sur le plan de leurs usages en lien avec la biodiversité. Il est actuellement investi dans la thématique des biotechnologies et de leurs mobilisations dans l'exploitation des ressources biologiques (humaines, végétales, animales), en étant sensible aux enjeux liés à la santé, à l'environnement, à l'agro-alimentaire et à la cosmétologie.

Cécile Vermot

Après avoir soutenu sa thèse sur les sentiments d’appartenance au genre et à la nation des migrants argentins à Miami et à Barcelone à l’Université Paris Descartes et l’Universitat Autonoma de Barcelona, Cécile Vermot a été impliquée en tant que chercheuse et enseignante à l’Université des Patients, Sorbonne Université. Elle y a développé des recherches en lien avec la santé, les émotions et le genre. Depuis 2019, en tant qu'enseignante-chercheuse au sein du PBS, elle initie un projet de recherche portant sur le recours aux biotechnologies dans les pratiques de mobilité des humains et non humains en prenant en compte le genre et les émotions.

Statuts institutionnels

Référente égalité à l’école d’ingénieurs Sup’Biotech Paris

Membre de la Conférence Permanente Egalité Diversité (CPED) et du réseau VSS formation

chercheuse associée au CIES, Centre de recherches et d’études sociologiques, groupe de recherche latino-américain dirigé par Adrian Scribano, chercheur au CONICET, institut Gino Germani, Université de Buenos Aires, Argentine.

chercheuse associée au CEPED, Centre Population Développement, Université Paris Descartes, Institut de recherche pour le Développement.

Annimation scientifique

coordinatrice du REDISS (Réseau International de sociologie des sensibilités)

éditrice de la section Latin-A du Boletin Cientifico Sapiens Research

Pour en savoir plus : CV

 

Positionnement pédagogique du PBS
Les enseignements du pôle portent sur les biotechnologies en société : le regard des SHS (aspects théoriques et méthodologiques largement ancrés sur l'étude des sciences et des techniques), la sociologie de l’innovation, les principaux domaines de déploiement des biotechnologies (santé, agriculture, environnement, sciences, corps…), les enjeux éthiques qu’elles soulèvent et les formes de mobilisation qu’elles suscitent. Un autre volet de ses cours concerne la méthodologie de projet (recherche documentaire, modalités de référencement, problématisation, travail d’analyse et d’écriture).

 

Ancrage de la recherche au PBS
Le programme de recherche du PBS vise à étudier empiriquement les biotechnologies productrices de nouvelles formes de vie, génératrices d’entités susceptibles de redéfinir les modes de composition entre humains et non humains, entre entités biotiques et hybrides. Deux axes de recherche peuvent être distingués.

Axes de Recherche

Les biotechnologies dans le domaine biomédical

Le déploiement des biotechnologies dans le domaine biomédical s’inscrit dans de nouvelles manières de soigner comme la médecine de précision (qui vise à adapter les thérapies au profil génétique des patients avec les tests diagnostic-pronostic (susceptibilité) et la pharmacogénomique par exemple) ; la médecine régénératrice (cellules souches, biomatériaux; exosquelette, cyborgs, et autres formes d’hybridation technologique) ; la thérapie génique (au niveau des cellules somatiques, et en ligne de mire germinales) ; la transplantation (xenogreffe).

Ce déploiement soulève de nombreuses questions dans le domaine médical comme les questions éthiques et règlementaires avec la mise en banque du vivant ; celles liées à l’augmentation de capacités sensorielles, cognitives et autres avec la thérapie génique ; ou encore, celles liées à la transformation (transmissible) du génome avec les techniques d’édition des génomes.

Mais ce n’est pas tout, car ces évolutions pointent de nombreux autres enjeux, comme ceux de nature économique avec la bio-ingénierie et les droits de propriété intellectuelle (qui orientent vers la mise en place d’un marché des ressources biologiques), ou bien de nature politique, avec les enjeux de confidentialité et de santé publique (protection de la vie privée, égalité d’accès…).

La diversité et l’acuité des problèmes éthiques (jusqu’où aller? Quelles limites? Tout ce qui est faisable est-il souhaitable?), sociaux (vers quels usages? avec quelle imprévisibilité ?), et anthropologiques (changer la définition même de l’humain? l’expérience de vivre avec un corps?) que ces pratiques engendrent sont considérables et sont le terreau où des questionnements de recherche plus précis sont élaborés et associés à des enquêtes empiriques. 

Les biotechnologies dans le domaine environnemental

La récente stratégie française destinée à développer la bioéconomie (février 2017), la montée en puissance des enjeux écologiques et les derniers développements liés aux groupes des techniques d’édition des génomes dans le domaine végétal (NBPT) convergent pour conférer une acuité particulière aux controverses impliquant certaines des technologies qui concernent le vivant. Celles-ci donnent lieu à des études de cas. Prenons deux exemples.

Le premier cas concerne l’EMS et les « OGM cachés », comme les appellent leurs opposants. Il s’agit de plantes modifiées par mutagenèse (à l’aide de la technique d’EMS) et non par transgenèse (cas des OGM « classiques »). Il en résulte un brouillage catégoriel donnant lieu à des incertitudes ontologiques (liées au comportement de ces plantes, aux conséquences de leur modification…) appelant des régulations. On devine ici les ramifications foisonnantes et les enjeux multi-dimensionnels de ce cas.

Le second cas est celui du gene driving et des « OGM sauvages ». Il est question ici de l’utilisation de CRISPR-cas9 à des fins de « forçage génétique » (transmission systématique d’un caractère à toute la descendance d’un individu). L’’extinction d’espèces peut être l’objectif fixé, comme c’est le cas avec certains espèces de moustiques considérés comme des vecteurs de virus (comme le paludisme). Ici, brouillage catégoriel et incertitudes ontologiques se donnent à voir avec cette expression d’ « OGM sauvage » qui désigne un « statut nouveau de ces organismes dont le génome est modifié alors que l'on entretient avec eux aucune relation de domestication » (Orgogozo & Morizot 2016).

Publications du PBS (sélection)

Articles (revues avec comité de lecture)

Vermot C, 2020, "L’Argentine entre désamour et nostalgie chez les migrants argentins à Miami et Barcelone", Sociétés. Revue des Sciences Humaines et Sociales, numéro spécial : L'amour comme scandale, Coord. Adrian Scribano, Vol 148 (2), publication en cours.

Milanovic F., Lefèvre F., 2018, “Biobanking in forestry practices: towards an agency policy?”, New Genetics & Society, in the special issue “Biobanks and the reconfiguration of the living” (co-edited by Milanovic F., Merleau-Ponty N., Pitrou P.), 37(4): 411-434.

 

Milanovic F., 2018, « Protéger des espaces naturels. Régimes pragmatiques de gestion et rapports au vivant », Revue d'Anthropologie des Connaissances, 12 (1) :57-80. DOI : 10.3917/rac.038.0057. URL : https://www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2018-1-page-57.htm

 

Milanovic F., Merleau-Ponty N., Pitrou P., 2017, « Biobanques: quelles reconfigurations pour le vivant? Approches interdisciplinaires et comparatives », Nature Sciences Sociétés, 4 (Compte-rendu du colloque de mai 2016 publié dans la rubrique ‘Vie de la recherche’), Vol. 25 (3) : 268-275.

 

Proux V, Milanovic F, 2017, « Valeur de la formation et formation aux valeurs éthiques dans le domaine des biotechnologies industrielles » Annales des mines - Réalités Industrielles, Février, p. 76-79.

Chapitres dans ouvrages collectifs

Vermot, C. 2020, La regulación del cuerpo/emoción y la vulnerabilidad de los facilitadores de prevención VIH-ITS en Francia, Vulnerabilidad, pobreza y políticas sociales: abanico de sentidos América Latina, Europa y China. Angélica De Sena (compiladora), LOM  Ediciones , Santiago de Chile (en cours d’acceptation)

Vermot C. and Gugolati M. 2019, Parody, satire and the rise of populism under postcolonial criticism: A French and an Italian case, IN Populism and Postcolonialism, Coord, Scribano A., Korstanje M., Timmerman F., Routledge

Milanovic F., 2019, « Des O.V.N.I sur terre ? Discernement et procédure au sein de l’ingénierie biotechnologique », in Actes du Colloque Ingenium « Discernement et Procédure », 2 décembre 2017, CNAM-Paris, travail d’édition en cours.

 

Milanovic F., 2018, « Socialiser le vivant tumoral. Episode 1 : De la mise en banque des tumeurs à leurs variations ontologiques », in Xavier Bioy (s/s la dir.), La régulation publique des centres de ressources biologiques. Le cas des tumorothèques, Bordeaux : LEH édition, pp.101-115.

 

Milanovic F., 2018, « Socialiser le vivant tumoral. Episode 2 : Des modes d’existence des collections d’échantillons biologiques », in Xavier Bioy (s/s la dir.), La régulation publique des centres de ressources biologiques. Le cas des tumorothèques, Bordeaux : LEH édition, pp.117-130.

 

Milanovic F., 2018, “Socializing Tumors. From the conservation of tumors in banks to their ontological variations”, in Xavier Bioy (editor), Public regulation of tumor banks, London: Springer, pp.73-84.

 

Milanovic F., 2015, « Utilitarisme et rapports à la nature: la fin d’une démesure ? Sur les modes d’existence et l’agentivité du vivant », Actes du 2ème congrès international de l’AFEA sur la « démesure », 30 juin-3 juillet, Toulouse.

Fabien Milanovic
Responsable du Pôle
Enseignant Chercheur
Cécile Vermot
Enseignante Chercheuse
et référente égalité
Please reload

Sup'Biotech
R&D

Nous Contacter

Service Recherche

frank.yates(a)supbiotech.fr

Adresse
Laboratoires de Recherche Sup'Biotech

66 Rue Guy Moquet

94800 VILLEJUIF

 

Recherche et Développement

© 2015 F Yates  -  Sup'Biotech.  Wix: